Cours publics | Éthique de la recherche, Philosophie

VIDEOS - Cours public 2022 - ESTHÉTIQUES DU CARE POUR L'ANTHROPOCÈNE

Du 27 janvier 2022 au 31 décembre 2022

Par María Grace Salamanca, philosophe, chercheuse en post-doctorat à l’École Urbaine de Lyon.
Les séances ont été données au Rize (Villeurbanne), à l'Université de Lyon et à l'Université Jean Moulin Lyon 3 que nous remercions pour leur accueil.
© Mélania Avanzato
© Mélania Avanzato

Dans ce cours, il est proposé de penser l’Anthropocène depuis une perspective morale, c’est-à-dire, nous demander : comment nos décisions sont-elles modelées et prises ? Selon quelles échelles de valeur décidons-nous ce qui compte et ce qui sera interprété comme secondaire, contextuel ou accessoire ? Est-ce qu’une éthique formelle peut faire face aux urgences de l’anthropocène ? Suivez les 5 séances en vidéos du cours de María Grace Salamanca, philosophe, chercheuse en post-doctorat à l’École Urbaine de Lyon.


Présentation du cours :

Des nombreuses descriptions des diverses crises d’habitabilité de la planète ont été faites et acceptées par les communautés scientifiques internationales, sans que cela change la marchandisation de la vie, les extractivismes et les manières de mener les politiques publiques. Est-ce qu’il reste quelque chose à faire ? A dire ? A réfléchir ? Est-ce que nous pouvons continuer à croire que des connaissances suffisent pour changer nos conduites, nos décisions ? Qu’est-ce qui a suffisamment valeur pour nous, en tant qu’humains, pour faire face aux urgences planétaires ?

Philosophiquement, en particulier depuis un regard éthique, comprendre notre temps comme l’heure de l’anthropocène implique d’accepter la fin abrupte des notions téléologiques modernes : « progrès », « développement » ou encore « civilisation ». De plus, penser l’anthropocène depuis le sud, implique de ne pas pouvoir séparer les colonialités – notamment la colonialité de l’être et son racisme – du surgissement du système capitaliste et ses exploitations qui sont au cœur des multiples crises. Une réflexion sur-enanthropocène implique de questionner les pierres fondatrices de la modernité : ses imaginaires.

Dans ce cours, il est proposé de penser l’anthropocène depuis une perspective morale, c’est-à-dire, nous demander comment nos décisions sont modelées et prises ? selon quelles échelles de valeur nous décidons ce qui compte et ce qui sera interprété comme secondaire, contextuel ou accessoire ? Est-ce que la conduite humaine est susceptible d’être contrôlée par des principes hétéronomes ? Est-ce que cela est désirable, voire moral ? Est-ce qu’une éthique formelle peut-elle faire face aux urgences de l’anthropocène ?

À partir d'une lecture des crises des éthiques du care, nous allons découvrir et analyser des alternatives pratiquées dans le sud global pour débattre des imaginaires auxquels nous nous référons pour sentir-et-penser les crises, et pour en proposer des alternatives.

La question élémentaire posée par l’anthropocène reste, et sera le fil conducteur : quel type d’humain voulons-nous performer ? Est-ce que cette question permet le pluriel ?

Biographie de María Grace Salamanca.


Vidéos des séances :

Vidéo de la première séance : "Une éthique par demande".




Vidéo de la 2ème séance : "L'anthropocène comme problème moral".



Vidéo de la 3ème séance : "Penser l’anthropocène depuis le sud".



Vidéo de la 4ème séance : "Une éthique-esthétique pour la diversité".




Vidéo de la 5ème séance : "Les esthétiques du Care"