Vous êtes ici : Version française > Formation > Formation doctorale EUL

Formations doctorales disciplinaires et scientifiques

Certification en « Compétences complémentaires en études urbaines anthropocènes » proposée aux doctorants de toutes les écoles doctorales de l’Université de Lyon

Ces modules s’organiseront comme un monitorat spécifique d’un an de 60 heures de formation pour les doctorants volontaires, développé à façon pour chaque doctorant à la demande de l’Ecole doctorale d’origine, et après acceptation par le conseil pédagogique de l’Ecole Urbaine (objectif 5 monitorats par an à 5 ans, 6 à 10 ans).

 

Offre de formations doctorales EUL 2018-2019

Module 1 - Séminaire de recherche "Anthropocène"


Michel Lussault, responsabilité scientifique

Il s’agit d’un séminaire de recherche qui a pour ambition d’aborder les différents enjeux scientifiques et épistémologiques liés à la mise en système de l’urbanisation du Monde et du changement global. Nous y reprendrons, pour en développer les différents aspects, l’hypothèse qui sous-tend la création de l’Ecole urbaine de Lyon : ce que l’on appelle l’anthropocène constitue pour nous le nom de l’époque contemporaine, caractérisée par la prise de conscience scientifique, culturelle, sociale, politique des effets (eux-mêmes systémiques) de la dite mise en système.
Dans le cadre de ce séminaire de recherche, nous souhaitons donc présenter et discuter les problèmes portant sur les interactions entre la planète et les humains. Ce séminaire est conçu dans la perspective de l’ouverture d’une « science frontière » : les études anthropocènes, dont nous entendons poser quelques jalons. Y seront invités, à raison de 8 séances par an, durant toute la durée du programme de l’Ecole urbaine (jusqu’à la fin de l’année 2025), des scientifiques de toute discipline, issus des sciences de l’environnement, des sciences humaines et sociales, des sciences expérimentales, des sciences de la santé, qui viendront exposer leurs hypothèses et leurs résultats.
Ce séminaire de travail est destiné en priorité aux chercheurs et enseignants-chercheurs, aux doctorants, aux étudiants de master. Il est toutefois, conformément à la politique d’ouverture sociale de l'Ecole Urbaine de Lyon, accessible à toute personne intéressée par cette activité scientifique.

Séance 1 : Anne CHIN : La nature est-elle à un croisement ? en anglais
Le 15 novembre 2018
Petit auditorium - Musée des Confluences
86 quai Perrache, Lyon 69002

Séance 2 : Léa MOSCONI :  Des récits et des architectes - Ce que fait l’anthropocène au milieu français de l’architecture (1989-2015)
Le mardi 23 janvier 2019, 18h-20h
Les Halles du Faubourg
10 Impasse des Chalets, 69007 Lyon

Séance 3 : Eric POMMIER :  "Le problème de la démocratie environnementale à la lumière du Principe Responsabilité de Hans Jonas" 
le mercredi 13 février, de 18h-20h
l'Université Jean Moulin Lyon 3, Amphithéâtre Huvelin.
Entrée par le 1 Rue de l'Université en raison de travaux quai Claude Bernard.

L’Ecole urbaine de Lyon lance son activité de cours publics consacrés aux questions urbaines anthrophocènes. Cette activité est conçue sur le modèle des cours du Collège de France. Il s’agira donc de proposer à des chercheurs de l’université de Lyon, de toute origine disciplinaire, de présenter les résultats de leurs travaux de recherche, dans une perspective de remise au cœur de la société des savoirs scientifiques.

Module 2 - Cours public "Qu'est-ce que l'anthropocène"

Michel Lussault, responsable scientifique

Le terme Anthropocène s’impose et se diffuse de plus en plus tant auprès des scientifiques que du grand public. Dans un cas comme dans l’autre, il suscite de nombreux débats et discussions, ce qui est un indice de sa puissance. Celle-ci est due à ce qu’il recouvre : l’idée d’une bifurcation dans l’histoire de l’humanisation de la planète et une bifurcation qui menace possiblement l’habitabilité de la terre. C’est la raison pour laquelle il a été placé au cœur du projet scientifique et pédagogique de l’Ecole urbaine de Lyon. Pour cette première année, ce cours de 6 séances d’1h30, qui se prolongera les années universitaires suivantes, posera les cadres d’une possible théorie critique de l’anthropocène. Il s’agira donc de présenter les différentes approches possibles de l’anthropocène mais aussi les contestations existantes de la pertinence de ce mot.

Séance 1 : Leçon inaugurale. Planète, Terre, Monde : le global entre en scène.
Cette leçon inaugurale rappellera l’origine de l’émergence du terme et présentera les principaux enjeux de connaissances qui en découlent.
(jeudi 24 janvier, 17h-18h30, Halles du Faubourg, 10, impasse des Chalets, Lyon 7).
Podcast

Séance 2 : La rupture des années 1950 ou la « grande accélération »
(Jeudi 14 février, 12h30-13h45, amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures, 35 rue Raulin, Lyon 7ème)
Podcast

Séance 3 : Pourquoi faudrait-il admettre la nouveauté de l’anthropocène ? Le global fait sens : proposition pour appréhender le système PTM (Planète/Terre/Monde)
(Jeudi 28 février, 12h30-14h, Salle 110, IUT Lyon 3, 88 Rue Pasteur, Lyon 7ème, Accès : Tramway T1, Arrêt Quai Claude Bernard)
Podcast

Séance 4 : Le système-PTM, un état des lieux 1
(Jeudi 7 mars, 12h30-14h, Bâtiment Thémis, Amphi 8, Université Claude Bernard Lyon1, Campus Lyon Tech la Doua. Tramway T1 : arrêt La Doua Gaston Berger). 
Podcast

Séance 5 : Le système-PTM, un état des lieux 2 : le rôle et la place de l’urbanisation
(Jeudi 14 mars, 12h30-14h, Université de Lyon, Grand amphithéâtre, 92, rue Pasteur, Lyon 7. Tramway T1 : arrêt Quai Claude Bernard). 
Podcast

Séance 6 : Quelle trajectoire pour le système-PTM ? L’anthropocène comme défi scientifique et politique mondial
(Mercredi 11 avril, 12h30-14h, Halles du Faubourg, Lyon 7ème - Tramway T2 Arrêt Route de Vienne).
Podcast

Module 3 - Cours public "La démocratie au temps du capitalocène : de l'ère de taire à l'âge de faire"


Guillaume Faburel, responsable scientifique

Nos démocraties techniques et libérales, représentatives et délégatives, ont une responsabilité première dans les crises écologiques et leurs conséquences sociales comme spatiales, locales comme globales. Elles ont permis l’exploitation productiviste de la terre et l’urbanisation généralisée du monde. Elles font dès lors ce jour l’objet d’interrogations et contestations croissantes. Quelles sont, en réaction, les pratiques émergentes et les imaginaires instituant du politique ? Quelles voix s’expriment et quelles voies se dessinent, entre organisations hiérarchiques et puissance d’agir, quête d’autorité et besoin d’autonomie, grands centres urbains et périphéries désaffiliées ? Il s’agira ici de mettre en lumière puis en discussion les portée et cohérence à la fois conceptuelles et pratiques d’expériences démocratiques de résistance au capitalocène urbain, singulièrement par la criticité socio-écologique de nouvelles politicités périphériques.

Séance 1 : Des subjectivations néolibérales urbaines à la désaffiliation du politique : qui sont les nouveaux rebelles ?
(Lundi, 28 janvier 2019, aux Halles du Faubourg)
Podcast

Séance 2 : La repolitisation des corps : souci de soi, possibilité de vie, nécessité d’autonomie
(juin 2019)

Séance 3 : Se réinscrire dans le vivant : les formes-de-vie d’un imaginaire communaliste du politique
(septembre 2019)

Séance 4 : Du capitalisme infrastructurel de l’urbain à l’écologisme permaculturel du post-urbain : habiter, coopérer, autogérer
(janvier 2020)