Vous êtes ici : Version française

Evénements spéciaux | Ecologie / nature / Biodiversité / Animaux / Climat , Justice / Politique / Démocratie / Activisme / Migrations, Arts / Littérature / Cinéma

ENQUÊTER, ENQUÊTER, MAIS POUR ÉLUCIDER QUEL CRIME ? - résidence de Camille De Toledo

Du 22 septembre 2021 au 4 décembre 2021


Un partenariat École urbaine de Lyon, la Fête du livre de Bron et European Lab.

Revivez les différentes étapes de la Résidence de Camille de Toledo (janvier 2020 à juin 2021) et retrouvez ses prochains rendez-vous durant l'automne, à Paris et à Saint-Etienne. 

Chambre d'enquête de Camille de Toldedo, juin 2021 à Hôtel71 - Photo : Laurie Diaz.
Chambre d'enquête de Camille de Toldedo, juin 2021 à Hôtel71 - Photo : Laurie Diaz.

De janvier 2020 à juin 2021 l’École urbaine de Lyon, la Fête du livre de Bron et European Lab ont accompagné Camille de Toledo pour une résidence de création artistique en résonance avec l’écriture de son dernier livre paru aux éditions Verdier "Thésée, sa vie nouvelle". Il explore ses archives familiales, pose des questions aux évènements intimes et collectifs du XX siècle, les relie, cherche d’où l’on parle, tisse des liens, recherche le sens. Il enquête sur la fabrique de l’anthropocène…

L'enquête, pourquoi ?

« ... De Carlo Ginzburg à True Detective, de Sherlock Holmes aux pratiques de Forensic Architecture, des inquisitions observées par Foucault aux « field research » des écrivains contemporains, enquêter est devenu un passage obligé de la recherche et de l’art : outil pour la théorie, étape de l’écriture documentaire, instrument de la narration : l’enquête est un fil qui relie nos mondes humains à ce qui disparaît dans le monde. Mais que nous disent les différentes pratiques d’enquête de notre rapport au réel au début du XXIe siècle ? ».
Camille De Toledo


Plongée dans la Chambre d’enquête avec Camille De Toledo (juin 2021).
Réalisation : Jindra Kratochvil.


« La chambre d’enquête est une capsule temporelle. J’y ai fixé comme au temps préhistorique, par une écriture pariétale, des signes pour témoigner d’un certain état de la vie au début du XXIe siècle, marqué par la longue histoire de la destruction. Au commencement de l’humanité, les premiers sapiens écrivaient sur des parois, dans des grottes, les premiers gestes de l’art, nous offrant en témoignage des scènes de leur vie. C’est aussi une scène de vie que j’ai inscrite sur ces parois. Une anthropo-scène à la fois intime et collective, où le siècle qui est désormais derrière nous se donne comme une série de catastrophes et d’énigmes. On y suit l’histoire d’une famille qui est un peu la mienne, un peu celle de tout le monde. Des guerres, des exils, des changements de langue, des arrachements… des images et des expériences qui témoignent d’une longue histoire de la blessure : Etats, Capital, Technique, en somme, la trilogie de notre héritage moderne qui décompose, abîme, et emporte la vie. Cette scène, il me semble, saisit notre temps comme celui des comment de la destruction. Lénine demandait que faire ? avant la Grande guerre. À l’issue d’un siècle, le XXe, où les humains ont tant détruit, la question a basculé et nous nous demandons aujourd’hui : qu’avons-nous fait ? Les gaz des tranchées de 14-18, les pesticides utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale pour exterminer les « autres », puis les pesticides encore pendant les Trente Glorieuses, pour défolier les forêts ou cultiver les champs. Nous sommes, en fait, condamnés à l’enquête dans le sillon de tant de ruines. Nous cherchons dans les fils complexes de l’Histoire des responsabilités, nous en pointons certaines. Nous tentons de saisir ce qui nous tue, ce qui nous prend nos forces. Nous en appelons aussi aux espoirs de réparation, au tiqqun depuis un texte archaïque, depuis un lien plus sacré au monde. »
Camille de Toledo
 

« La chambre d’enquête » est exposée à Paris et à Saint Étienne cet automne :

Du 22 septembre au 3 octobre 2021 au Ground Control, Paris : en savoir plus
Le 2 octobre à 17h - Carte à blanche à Camille de Toledo : « La blessure, le corps, l’histoire » avec Hervé Mazurel & Anouche Kunth : en savoir plus


Photos : © Élise Augustynen

Du 12 novembre au 4 décembre 2021, à la Bibliothèque de Tarentaize - Saint Etienne. 
Samedi 27 novembre : Masterclass
10h30-12h00 : Grand entretien avec Camille de Toledo
14h00 -16h00 : Dialogue avec Camille de Toledo, Yannick Haenel et Marielle Macé.


Les premières étapes de la résidence en 2020 :

Enquêter, mais pour donner forme à quel monde ?
Mercredi 29 janvier 2020 / Dans le cadre de A l'Ecole de l'Anthropocène 2020.
Dialogue entre Camille de Toledo et Michel Lussault, géographe, directeur de l’École
urbaine de Lyon
- Ecouter le podcast

Le motif de l'enquête
Mercredi 29 janvier 2020 / Dans le cadre de A l'Ecole de l'Anthropocène 2020.
L’enquête est devenue un fondement des investigations criminelles, on le sait.
Mais il s’agit aussi d’un modèle d’activité scientifique. On peut même penser que l’enquête est de plus en plus importante en régime anthropocène, car elle doit permettre d’analyser précisément la façon dont les activités humaines ont perturbé les fonctionnements des systèmes biophysiques.
L’enquête a aussi une visée politique : le philosophe John Dewey et plus récemment l’anthropologue Bruno Latour ont ainsi conféré à l’enquête collective un rôle clef dans la mise en évidence des problèmes que devait aborder un groupe humain. Cette soirée nous emmènera au coeur de l’enquête en croisant les regards de scientifiques, d’artistes et de spécialistes de criminologie.
Avec :
Camille de Toledo, Matthieu Duperrex, artiste et théoricien, directeur artistique du collectif « Urbain, trop urbain », auteur de Voyages en sol incertain. Enquête dans les deltas du Rhône et du Mississippi (Wildproject / La Marelle, 2019) et Pauline Julier, artiste et cinéaste, formée à l’École supérieure de la Photographie d’Arles et à Science Po Paris, auteure du film Naturales Historiae (avec Bruno Latour, Philippe Descola et Jun Wang)
Animé par : Michel Lussault, géographe, directeur de l’École urbaine de Lyon
- Ecouter le podcast

La détective room, au coeur de l'enquête
Vendredi 14 février 2020 / Dans le cadre de la programmation de la Fête du Livre de Bron
Défenseur d’une vision de l’artiste comme chercheur, et ici, comme enquêteur, Camille de Toledo présente une vision de « l’atelier » en tant que lieu des indices et de l’enquête. Inspiré par la « detective room » de la série True Detective il déploie, sur trois panneaux de bois, cette vue de l’artiste comme enquêteur. Photocopies de documents, indices photographiques, inscriptions, notes, mémoires, c’est l’ensemble des outils de la conception plastique, du carnet de croquis au carnet de notes, qui basculeront ainsi du côté d’une enquête sur ces scènes de crime sans nom, ces angles morts du réel.
- Ecouter le podcast


Cycle de Conversations "A quoi pensez-vous" et livre "Thésée, sa vie nouvelle" (juin à septembre 2020).
Nous vous invitons également à écouter le Cycle des conversations À quoi pensez-vous ? & à lire Thésée, sa vie nouvelle paru aux éditions Verdier.


La résidence en juin 2021 :

Dans le cadre de http://europeanlab.com/
Camille de Toledo a conçu, à Hôtel71, « la chambre d’enquête », passionnante plongée dans l’esprit de l’auteur de Thésée, sa vie nouvelle (Éditions Verdier), éclairant déploiement plastique de la généalogie d’une œuvre essentielle.

Camille de Toledo en conversation avec Camille Louis
Dans le cadre du séminaire « Enquêter, enquêter, mais pour élucider quel crime ? »
Camille de Toledo a invité, le 8 juin 2021, Camille Louis, philosophe, dramaturge, engagée sur plusieurs terrains de recherche et d’action, notamment à Calais et sur l’île grecque de Lesbos. Ensemble, il et elle ont exploré un nouvel âge de l’enquête en philosophie, qui part des modes d’existences, des territoires en lutte. La conversation a porté sur les formes que peut prendre cette alliance entre discours et pratiques de terrain, théories et scènes, collectes de matériau (field research) et élaboration conceptuelle.

Regarder la vidéo de la conversation :