Séminaire | Economie, Justice / Politique / Démocratie / Activisme / Migrations, Ville / Questions urbaines / Mobilités

PODCAST / Les indicateurs chiffrés cachent-ils la forêt ?

Du 21 juin 2021 au 21 décembre 2021

PODCAST de la nouvelle séance du séminaire EUL "Quantifications, Métropoles, Anthropocène".
Hôtel 71
10h-12h

© Johannes Plenio - Unsplash
© Johannes Plenio - Unsplash

Le séminaire « Quantifications » de l’EUL a repris son activité. Retrouvez le podcast de la séance du 21 juin sur le thème « Les indicateurs chiffrés cachent-ils la forêt ? », qui s'est déroulée à Hôtel71 (Lyon 2ème).

En 2014, le juriste Alain Supiot rassemblait ses cours au Collège de France dans un ouvrage intitulé « La gouvernance par les nombres », rendant accessible à tous son hypothèse provocatrice : les chiffres de la rentabilité économique seraient en train de prendre le pas sur les lois démocratiquement votées par les peuples.

L’hypothèse a récemment été reprise dans un article de la Revue française de science politique qui suggère que l’envahissement des organisations publiques par les indicateurs quantitatifs de gestion est devenue le nouveau phénomène bureaucratique.

Cette séance du séminaire « quantifications » de l’EUL fut l’occasion d’alimenter la discussion en prenant appui sur le secteur de la gestion des forêts qui a justement constitué l’un des terrains sur lequel s’est historiquement forgée cette hypothèse d’une nouvelle cage de fer organisationnelle constituée par les indicateurs de gestion.

La discussion a été lancée par Tamara Gouel et Arthur Guérin-Turcq du laboratoire EVS qui ont adressé leurs questions à Gabrielle Bouleau et Benoît Bernard.

- Gabrielle Bouleau est socio-poliste à l'INRAE et chercheuse au LISIS. Elle est également ingénieure en chef des ponts, des eaux et forêts. Ses travaux de recherche portent sur les politiques environnementales et l'écologisation en France, en Europe et aux Etats-Unis. Elle étudie comment de nouvelles problématiques environnementales sont prises en compte dans l'agenda politique et comment elles se traduisent sous forme de politiques publiques, de nouveaux métiers et d'indicateurs.

- Benoît Bernard est chercheur en science politique à l'Université Libre de Bruxelles. Ses recherches ont notamment porté sur l'émergence des indicateurs de performance dans la gestion forestière. Il occupe actuellement des fonctions de management dans la sûreté nucléaire (Facteurs Humains et Organisationnels), tout en conservant des fonctions d'enseignement à temps partiel à l'Université Libre de Bruxelles (Cours de Management public).

- Arthur Guerin-Turcq
est doctorant en 1ère année au laboratoire EVS-RIVES de l'ENTPE. Il étudie la forêt périurbaine française au prisme de la tension entre bien commun et bien club sous la direction d'Eric Charmes, chercheur au laboratoire EVS et de Romain Merlot de l'Inrae.

Ecoutez le podcast de la séance