Ateliers / Séminaires | Recherche

2ème Séminaire de recherche "Approches de l'anthropocène"

Le 23 janvier 2019

Des récits et des architectes.
Ce que fait l’anthropocène au milieu français de l’architecture (1989-2015) 

Mercredi 23 janvier 2019, 18-20 heures, Halles du Faubourg, Lyon 7ème
Avec Léa Mosconi, architecte, enseignante et chercheuse. 

Responsable scientifique et animation : Michel LUSSAULT, directeur de l'Ecole Urbaine de Lyon 
 
Résumé : 
Novembre 1988, la création du GIEC médiatise, institutionnalise, légitimise l’idée d’une « crise environnementale » et se propose d’en prendre la mesure. Les années 1990 et 2000 sont ponctuées d’événements politiques souvent mondiaux, qui participent à faire, de ce que l’on appellera alors le développement durable, une question sociétale majeure. Comment ce récit sur l’écologie pénètre-t-il le milieu de l’architecture ? Quel champ lexical convoque-t-il ? Quels acteurs s’emparent-ils de ce sujet ? Quelles institutions portent ces thèmes et vers quelles directions ? Quelle influence a-t-il sur la production architecturale française ? 
L’ambition de cette intervention est de comprendre la généalogie du récit écologiste dans le milieu de l’architecture, des questions réglementaires et énergétiques des années 1990 au changement de paradigme qui s’opère à la fin des années 2000, notamment avec l’émergence de la thèse de l’anthropocène.
 
Léa MOSCONI est architecte HMONP, enseignante et chercheuse. Dans ces trois activités, elle tente de questionner ce que font les changements climatiques à la manière dont on appréhende, habite et conçoit l’architecture. Elle a fondé l’Atelier Bony-Mosconi avec Henri Bony en 2015 au sein duquel elle développe principalement un travail de commissariat d’exposition. Léa Mosconi est Maitresse de Conférences associée à l’ENSA Paris Val de Seine et enseigne l’Histoire et le Culture Architecturale à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Elle est chercheuse au laboratoire ACS et a soutenu en octobre 2018 une thèse intitulée « Emergence du récit écologiste dans le milieu de l’architecture. 1989-2015 : de la réglementation à la thèse de l’anthropocène ». Depuis 2017, elle est vice-présidente de la Maison de l’architecture en Ile-de-France en charge des relations avec les écoles, les étudiants et la recherche.