Rencontre - débat | Culture scientifique et humanités, Ecologie / nature / Biodiversité / Animaux / Climat , Environnement, Impact Global , Ville / Questions urbaines / Mobilités

Les Mercredis de l'Anthropocène, saison 5 : programme du mois de mars

Du 3 mars 2021 au 30 juin 2021

En ligne, en direct et disponible en podcast.
Hôtel 71
De 18h30 à 19h30.

C'est parti pour la Saison 5 des Mercredis de l'Anthropocène jusqu'au 30 juin prochain ! Ce rendez-vous hebdomadaire, créé et mis en œuvre par l'Ecole urbaine de Lyon, vise à comprendre le changement global qui traverse nos mondes urbains. Chercheurs et spécialistes croisent leurs paroles et mettent au jour des solutions. Les débats, enregistrés depuis Hôtel71, sont à suivre en ligne (en direct et en podcast). Un événement en partenariat avec Rue89 Lyon. Profitez de la programmation du mars 2021 qui ouvre cette nouvelle saison.

Découvrez la programmation du mois de mars :


Mercredi 3 mars 2021, 18h30/19h30 - Explorer l'espace pour mieux habiter la Terre ?
L'arrivée du robot Perseverance sur Mars, le 18 février 2021, a mis un coup de projecteur sur l'exploration du système solaire. Les connaissances dans ce domaine peuvent-elles contribuer à changer notre regard au sujet de la vie sur Terre ?
Avec :
- Walter Guyot, Responsable du service médiation / programmation éducative et culturelle du Planetarium de Vaulx-en-Velin.
- Patrick Thollot, Planétologue au laboratoire de géologie de Lyon - Terre, Planètes Environnement, LabEx LIO, enseignant en sciences de la Terre à l’École normale supérieure de Lyon.
Animation :
- Michel Lussault, géographe, professeur à l’Université de Lyon (École normale supérieure de Lyon), Directeur de l'Ecole urbaine de Lyon.
Ecouter le podcast de la séance
Lire la tribune de Patrick Thollot publiée sur Rue89Lyon


Mercredi 10 mars, 18h30/19h30 - Les villes ont-elles un corps ?
Le fonctionnement de la ville passe par des flux, des processus de transformation de matières et d'énergie, qui conduisent de plus en plus de chercheurs et praticiens à mobiliser le concept de métabolisme. Moyen de comprendre et représenter les liens entre les sociétés et leur environnement, la métaphore renvoie de fait à l'idée du corps de la ville. Les villes ont-elles un corps ? Que peut nous apprendre l'étude du corps de la ville ?
Avec :
- Pierre Desvaux. Docteur en géographie, il est aujourd’hui post-doctorant à l’École Urbaine de Lyon et chercheur associé aux laboratoires PACTE (Université Grenoble Alpes) et EVS (Université de Lyon).
- Romain Garcier. Géographe, il est Maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon, directeur adjoint du Master de sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon – Université Lyon 2 – Centre Léon Bérard. Spécialisé en géographie politique de l’environnement, en particulier de l’environnement industriel, il travaille aujourd’hui sur les déchets radioactifs et l’économie circulaire en France, en Europe et aux USA.
Animation :
- Laëtitia Mongeard.
Docteure en géographie, elle est actuellement post-doctorante à l’École Urbaine de Lyon.
Ecouter le podcast de la séance
Lire la tribune de Romain Garcier "Les Villes ont-elles un corps ?" publiée dans Rue89Lyon


Mercredi 17 mars 2021, 18h30/19h30 - Fond et forme : déplier l’appréhension de la ville.
Autour d’une thématique commune, la revue annuelle DÉPLI fait dialoguer trois regards : analytique, artistique et littéraire. La possibilité de ce dialogue est portée par un format singulier : un jeu de dépliages progressifs et une lecture circulaire. Son sujet est la ville : Lisières urbaines, Ville en chantier, Nuit(s). Comment simultanément déplier un sujet, la ville aujourd’hui, sur le fond et la forme ?
Avec :
- Samuel Challéat. Docteur en géographie, chercheur invité au laboratoire Géode (Géographie de l’environnement, unité mixte de recherche CNRS-Université de Toulouse 2) et coordinateur du Collectif Renoir (Ressources environnementales nocturnes et territoires). Ses travaux actuels portent sur les différentes actions menées par les territoires pour préserver l’obscurité, valoriser l’environnement nocturne et lutter contre la pollution lumineuse.
- Grégoire Damon. Ecrivain, il a publié un premier roman, "La Rue de la soif", en 2007 (ArHens), en 2018 il publie "Fast-Food" (Buchet Chastel). Il tient, par ailleurs, un blog (http://gregoiredamon.hautetfort.com) et a co-fondé la revue realpoetik.fr
- Lou Herrmann. Docteure en urbanisme, elle est chargée de mission dessin et édition à l’École urbaine de Lyon. Parallèlement, elle est dessinatrice et éditrice de la revue DÉPLI.
Animation :
- Valérie Disdier.
Urbaniste. Après avoir créé en 2001 et dirigé Archipel Centre De Culture Urbaine (Lyon), elle est depuis 2018 responsable du pôle programmation et diffusion de l’École urbaine de Lyon.
Lire le texte de Lou Herrmann "Rencontre autour de l’érosion de l’obscurité nocturne en ville" publié dans Rue89Lyon.
Podcast de la séance


Mercredi 24 mars 2021, 18h30/19h30 - Le (low)HighTech.
(au musée des Confluences à Lyon dans le cadre de la Saison Africa2020)
Conférence à suivre en direct sur Facebook, disponible ensuite en replay.
Page Facebook de l'événement


Voiture connectée, assistant vocal connecté, réfrigérateur connecté. Partout fleurissent les appareils connectés, censés nous rendre la vie plus facile et plus simple. La modernité résidait dans la connexion de l’humain autour du globe, l'ultra-modernité est celle de la connexion entre humains et objets. Nous voici entrés  - de plain-pied - dans l’ère du Progrès, l’ère du high-tech. Pourtant, dans un monde où la frugalité en énergie semble s’imposer, si l’on souhaite que la Terre continue d’exister, le high-tech énergivore ne semble pas des plus adéquats. Et si, finalement, il fallait se tourner vers des technologies toutes aussi efficaces et utiles, mais qui auraient à coeur de ne plus nous connecter sans raison, de ne plus dépenser d’énergie inutilement : c’est ce que certain.e.s appellent le Low-tech et il est peut-être notre plus bel espoir.
Avec :
- Sénamé Koffi Agbodjinou. Architecte et anthropologue, commissaire d’exposition et fondateur de L’Africaine d’architecture : une plateforme de recherche et d’expérimentation sur les questions de l’architecture et de la ville africaines et des WoeLabs (réseau de tech-hubs togolais). Il promeut la pensée néovernaculaire qu’il décline concrètement en tant qu’innovateur, designer, entrepreneur à différentes échelles du produit au bâtiment et à la ville. Il contribue à prototyper un Collectivisme Digital qui a permis de lancer la demi-douzaine de startups du Groupe HubCity.
- Ludovic Duhem. Artiste et philosophe. Coordinateur de la recherche à l'ÉSAD Valenciennes, il enseigne la philosophie de l'art et du design dans cette école, ainsi qu'à l'Université de Lille. Ses recherches portent sur les relations entre esthétique, technique et politique qu'il développe dans une théorie générale intitulée « Technoesthétique ». Son travail artistique est consacré, ces dernières années, au dessin autour du paysage et à des conférences-performances entre art et philosophie.
Animation :
- Valérie Disdier.
Urbaniste. Après avoir créé en 2001 et dirigé Archipel Centre De Culture Urbaine (Lyon), elle est depuis 2018 responsable du pôle programmation et diffusion de l’École urbaine de Lyon.


Mercredi 31 mars 2021, 18h30/19h30 - L'écoute critique, une voie pour explorer l'espace urbain.
Comment appréhender l'espace urbain, le décrire, l'analyser ? L'observation par le regard apparaît souvent comme une évidence, mais laisse dans l'ombre les possibles du sonore pour révéler ce qui se passe en ville, de la production urbanistique aux rapports sociaux qui s'y nouent. L'écoute critique, au travers d’une écoute active, non hiérarchisante, curieuse sans naïveté, cultivée sans systématisme, propose une autre méthode pour penser la ville, articulant analyse informée et ouverture à la singularité de chaque diffusion/environnement/objet. Par cette notion, nous proposons ainsi de réfléchir à une manière singulière de s'intéresser aux dimensions environnementales, politiques et sociales des espaces urbains ainsi qu'à leur production.
Cette séance est programmée en résonance à l’atelier intensif de création sonore se déroulant dans le cadre des formations innovantes inter masters proposées par l’EUL.
Avec :
- Marc-Antoine Granier. Compositeur et réalisateur radio depuis 20 ans, il compose pour le spectacle vivant et fabrique des documentaires ou essais radiophoniques, notamment pour France Culture. Il a réalisé "Total désir" (France culture, 2018) et "Ville souterraine" (RTBF, 2019). Ses recherches cheminent souvent dans les interstices de l'urbain pour tenter d'en révéler les récits et la création sonore.
- Juliette Volcler. Chercheuse indépendante, autrice, productrice radio, critique et curatrice sonore. Elle travaille sur la critique sociale du son et l'histoire de la création sonore. Elle a publié deux essais : "Le son comme arme" (La Découverte, 2011) et "Contrôle" (La Découverte / La rue musicale, 2017).
Co-animation :
- Matthieu Adam.
Chercheur en géographie au laboratoire EVS, ses travaux portent sur l’intégration des problématiques environnementales dans la production de l’urbain. Il a coordonné, avec Émeline Comby, l’ouvrage "Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville" (Amsterdam, 2020). Il est aussi documentariste radio amateur et a co-réalisé, avec Marie Causse, "On dirait la soude : plages et ville d’un industriel de la chimie" (Radio Canut, 2019).
- Marie-Noëlle Battaglia. Documentariste, son travail explore les questions urbaines, d’appropriation des territoires, de migration ou encore de précarité. Elle a réalisé plusieurs documentaires : "Passagères incertaines" (2015) et "En remontant les murs" (2020).
- Podcast de la séance 

Découvrez le programme du mois d'avril 2021


Conception de la programmation des Mercredis de l'Anthropocène : Valérie Disdier.