Conférence, Séminaire | Recherche

Conférences de la Chaire conjointe de recherche sur l'urbain anthropocène - octobre 2021

Du 8 octobre 2021 au 1 décembre 2021

Dans le cadre du séminaire "Approches urbaines et anthropocènes", la Chaire conjointe de recherche entre l'Université d'Ottawa et l'Ecole urbaine de Lyon (UdL) sur l’urbain anthropocène, a le plaisir de vous convier à plusieurs conférences en ligne jusqu'au 1er décembre.

La chaire de recherche conjointe entre l’Université d’Ottawa et l’École urbaine de Lyon (Université de Lyon), sur l'urbain anthropocène, a été lancée le 29 janvier 2021. Elle se penche sur la relation entre la croissance accélérée des villes et la crise climatique, ses conséquences, ainsi que les façons de relever les défis connexes.
Dans le cadre de son séminaire "Approches urbaines et anthropocène", la Chaire propose plusieurs conférences scientifiques en octobre, novembre et décembre 2021, toutes en ligne, gratuites et sur inscription.

Informations : https://sciencessociales.uottawa.ca/cua/
Contact : urbain.anthropocene@uottawa.ca

Les conférences d'octobre :


8 octobre 2021 - Conférence avec Andrew Lakoff sur son prochain livre, The Government of Emergency, co-écrit avec Stephen Collier.

18h-20h, conférence en ligne, gratuite, sur inscription.
Résumé :
Des pandémies aux catastrophes associées au réchauffement climatique en passant par les cyberattaques, nous sommes aujourd'hui confrontés à un éventail croissant de menaces catastrophiques. Il est frappant de constater que, malgré la diversité de ces menaces, les experts et les responsables les abordent en termes communs : comme des événements futurs qui menacent de perturber les systèmes vitaux et vulnérables dont dépend la vie moderne.
The Government of Emergency raconte l'histoire de cette façon désormais considérée comme allant de soi de comprendre et de gérer les urgences. Au milieu de la Grande Dépression, de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide, un éventail d'experts et de fonctionnaires, travaillant dans des bureaux gouvernementaux obscurs, ont développé une nouvelle compréhension de la nation en tant que complexe de systèmes vitaux et vulnérables. Ils ont inventé des dispositifs techniques et administratifs pour atténuer la vulnérabilité de la nation et ont organisé une forme particulière de gouvernement d'urgence qui permettrait de se préparer et de gérer des événements potentiellement catastrophiques.
À travers ces inventions conceptuelles et techniques, soutiennent Stephen Collier et Andrew Lakoff, la vulnérabilité a été définie comme un type particulier de problème, qui continue de structurer l'approche des experts, des responsables et des décideurs politiques face aux futures urgences.
Biographie :
Andrew Lakoff est titulaire d'un poste conjoint dans les départements de sociologie et de communication. Il a reçu une formation d'anthropologue des sciences et de la médecine et a mené des recherches en Argentine, en France et aux États-Unis. Ses domaines d'intérêt incluent les processus de mondialisation, l'histoire des sciences humaines, la théorie sociale contemporaine et la société du risque. Le premier livre de Lakoff, Pharmaceutical Reason: Knowledge and Value in Global Psychiatry (Cambridge, 2005), examine le rôle de la circulation mondiale des produits pharmaceutiques dans la diffusion des modèles biologiques du comportement humain. Il a également co-édité un livre intitulé Global Pharmaceuticals: Ethics, Markets, Practice (Duke, 2006), et a publié des articles sur la technologie visuelle et les sciences du comportement, sur l'histoire du trouble déficitaire de l'attention, sur les antidépresseurs et l'effet placebo, et sur les formes d'expertise en santé mondiale. Les recherches actuelles de Lakoff portent sur l'articulation récente de l'expertise en santé et sécurité publiques dans un contexte mondial, et ses récentes publications de livres incluent le volume coédité, Biosecurity Interventions: Global Health and Security in Question (Columbia University Press, 2008), et le volume édité Disaster and the Politics of Intervention (Columbia University Press, 2010). Son livre le plus récent est Unprepared: Global Health in a Time of Emergency (University of California Press, 2017). Le prochain livre de Lakoff, co-écrit avec Stephen J. Collier, s'intitule The Government of Emergency: Vital Systems Security and the Birth of American Biopolitics, et est sous contrat avec Princeton University Press.

- Voir l'affiche de la conférence
- Présentation bilingue de la conférence
- S'inscrire à la conférence en ligne (gratuit)


18 octobre - Liquifying concrete. Building, dwelling and thinking at the shoreline.

Par Cristián Simonetti, professeur agrégé en anthropologie à la Pontificia Universidad Católica de Chile.
16h-18h, conférence en ligne, gratuite, sur inscription.

À noter que la conférence sera donnée en anglais suivie d'une période bilingue (français/anglais) d'échanges et questions.
Résumé :
Un clivage catégorique entre solidité et fluidité a perduré dans l'imaginaire occidental, correspondant aux séparations traditionnelles entre matière et esprit, ainsi qu'entre nature et culture, qui ont toutes été cartographiées, à leur tour, sur des séparations entre la terre et le ciel, la terre et la mer. Selon cette division solide-fluide, les formes de connaissances allant du dur au doux différeraient dans leur accès à la vérité en fonction de la force de leur ancrage dans la réalité, une dimension normalement incarnée par le solide. On peut soutenir que l'infrastructure urbaine contemporaine a contribué à matérialiser cette fracture intellectuelle. Une telle infrastructure, dominée par l'utilisation du béton - le matériau le plus produit dans l'histoire humaine et un candidat pour marquer le début stratigraphique de l'Anthropocène - a créé une frontière imperméable entre la terre et le ciel, qui a contribué à consolider le récit de la modernité du progrès hors de la nature. De même, les infrastructures en béton ont contribué à apprivoiser les forces maritimes. Pourtant, l'illusion de solidité éternelle, offerte par les infrastructures en béton, est défiée par son origine géologique dans les environnements marins et fluviaux, où les organismes et les sédiments sont compactés et transportés vers la terre par les forces telluriques ; les mêmes forces qui menacent les infrastructures en béton dans les villes sismiques comme Santiago. En examinant comment les habitants de l'île de Chiloé construisent des maisons en bois, en s'appuyant sur des techniques couramment conçues pour la construction de bateaux, cet article conclut en spéculant sur des façons d'habiter et de penser entre la terre et la mer qui répondent à la crise environnementale actuelle.
Biographie :
Cristián Simonetti est professeur agrégé en anthropologie à la Pontificia Universidad Católica de Chile. Son travail s'est concentré sur la façon dont les gestes corporels et les forces environnementales se rapportent aux notions de temps en science. Plus récemment, il s'est engagé dans des collaborations à travers les sciences, les arts et les sciences humaines pour explorer les propriétés environnementales des matériaux fluides solides pertinents pour l'Anthropocène, en particulier la glace, le sol et le béton.

- Voir l'affiche de la conférence

- Présentation bilingue de la conférence
- S'inscrire à la conférence en ligne (gratuit)


27 octobre : Infrastructure and Ghost Rivers: Making Kin in the Urban Anthropocene.

Par Kregg Hetherington, anthropologue et directeur du Concordia Ethnography Lab.

16h-18h, conférence en ligne, gratuite, sur inscription.
À noter que la conférence sera donnée en anglais suivie d'une période bilingue (français/anglais) d'échanges et questions.
Résumé :
En novembre de cette année, la Ville de Montréal commencera à travailler pour recouvrir un ruisseau de 200 mètres, le dernier écoulement d'eau naturel important dans les limites de la ville. Depuis des années, un groupe de militants locaux se bat, devant les tribunaux, contre l'enfouissement du ruisseau, mais la Ville a obtenu gain de cause en affirmant qu'après des années de négligence et quelques manigances dans l'infrastructure de plomberie locale, l'odeur du ruisseau est devenue insupportable et qu'il doit suivre le chemin de toutes les rivières urbaines avant lui, dans un tuyau de béton. En luttant contre cette situation, les militants ont subi une sorte d'inversion des infrastructures, prenant conscience non seulement des infrastructures submergées mais aussi des fondements environnementaux, juridiques et historiques de la plomberie urbaine. Ce faisant, ils ont déterré un fantôme : un affluent du Saint-Laurent disparu depuis longtemps, connu sous le nom de rivière St-Pierre. En suivant leur expérience et celle d'autres chasseurs de fantômes, cet article réfléchit à la manière dont les entités habitent le paysage urbain et au rôle que ces entités pourraient avoir dans une réimagination anthropocénique de la vie urbaine.
Biographie :
Le Dr Kregg Hetherington est un anthropologue politique spécialisé dans l'environnement, les infrastructures et l'État bureaucratique. Il est directeur du Concordia Ethnography Lab et directeur du programme d'études supérieures au Département de sociologie et d'anthropologie.
Le travail ethnographique à long terme de Kregg au Paraguay raconte comment les petits agriculteurs, pris dans une transition agraire radicale, ont vécu la transition de ce pays vers la démocratie, montrant comment les militants créent de nouvelles façons de penser et de pratiquer le gouvernement. Son premier livre, Guerrilla Auditors, est une ethnographie des luttes pour la terre au Paraguay et de la façon dont la pensée rurale sur la propriété et l'information entre en conflit avec les projets de réforme bureaucratique promus par des experts internationaux. Le deuxième livre, The Government of Beans, raconte l'histoire de la montée et de la chute d'une expérience gouvernementale progressiste, en matière de réglementation environnementale, qui a tenté de changer la relation entre le gouvernement, les plantes, les gens et le territoire.
Au Concordia Ethnography Lab, Kregg dirige un projet collaboratif appelé Emergent Waters qui vise à comprendre la relation changeante de Montréal avec l'eau en tant que caractéristique déterminante de son environnement et de ses infrastructures. Dans ce cadre, il dirige également une grande équipe interdisciplinaire de chercheurs qui étudient des projets pilotes d'infrastructure bleu-vert autour de Montréal. Il est actuellement à la recherche d'étudiants diplômés intéressés à faire partie de cette équipe de recherche.

- Voir l'affiche de la conférence
- Présentation bilingue de la conférence
- S'inscrire à la conférence en ligne (gratuit)


Voir les conférences de novembre et décembre 2021.



Illustration ci-dessus : L'artiste et employé de l'Université d'Ottawa, Roméo Godin, a été mandaté pour peindre une œuvre inspirée de l’urbain anthropocène dans le cadre du lancement de la chaire de recherche.