Vous êtes ici : Version française

Appel à manifestation d’intérêt - Ingénierie des Formations

Ce 1er appel à projets « AMI-2017-IF » du LabEx IMU orienté sur les questions d’ingénierie des formations a pour objectif de consolider le travail déjà accompli par le LabEx sur ces questions tout en permettant une capitalisation des pratiques et l’ouverture de nouveaux chantiers sur le sujet.

Cet AMI-2017-IF est lancé en partenariat avec l’Institut Convergences – Ecole Urbaine de Lyon (EUL). Ce partenariat permettra de soutenir plus fortement les projets retenus ou d’élargir la liste des projets retenus.

L’AMI-2017-ouIF est ancré dans ce qui constitue le « cœur d’activité » du LabEx, c’est-à-dire la pluralité scientifique et la pluralité radicale (impliquant les praticiens[1]). En outre, il est aussi destiné à prolonger le travail du LabEx sur des questions urbaines. Les thématiques seront de préférence en lien avec les axes de recherche de l’AAP2017 IMU – données urbaines / ambiances et esthétiques, archives et images de l’urbain / bâtir et habiter l’urbain / natures et environnements – sans que cela soit obligatoire.
L’École Urbaine de Lyon apportera un soutien aux projets relevant spécifiquement des études urbaines anthropocènes. Une attention particulière sera apportée aux projets ayant une dimension internationale, pouvant également relever d’une initiative étudiante, et/ou une implication identifiée sur l’un des 5 axes prioritaires de recherche de l’EUL : La vulnérabilité et la dynamique des espaces urbains en contexte de changement global / Les environnements composés par l’urbanisation anthropocène / Les technologies et les sciences comme mode d’intelligibilité des situations urbaines et d’orientation de l’agir / Qu’est-ce qu’une Learning City ? / Nouvelles gouvernementalités et professionnalités / Epistémologie de l’anthropocène.
La rédaction de cet appel à projet a nécessité de formaliser ce qui pouvait être une traduction en formation des notions de recherche de « pluralité scientifique » et de « pluralité radicale ».

Cette démarche a abouti à dégager deux principaux axes sur lesquels le LabEx IMU et l’EUL souhaitent travailler conjointement en matière de formation :
  • Axe 1 : l’hybridation scientifique des formations
    L’objectif est d’explorer les différentes modalités possibles de mise en œuvre de la pluralité scientifique (UE, stages, challenges d’experts, ateliers, dispositifs numériques, etc.) et de montrer en quoi cela pourrait constituer une réponse adéquate des formations aux enjeux professionnels actuels. Il s’agit aussi de traiter ou d’explorer de nouveaux modes de collaboration avec les praticiens et de montrer quels sont les enjeux pour chacun des acteurs impliqués dans ces partenariats. Il s’agit enfin de soutenir des initiatives de groupes pluridisciplinaires d’étudiant.e.s.
  • Axe 2 : la formation par la recherche
    L’objectif est de faire émerger des projets qui s’appuient sur les méthodes et les enjeux de la recherche pour construire des parcours de formation. Différentes modalités de mise en œuvre pourront être proposées et devront montrer en quoi elles contribuent à la fois à un enrichissement des formations mais aussi à celui des recherches conduites par les acteurs en charge de ces formations. Des projets pourront également montrer en quoi les programmes de formation permettent de fonder d’autres trajectoires de recherche (citoyenne et participative, notamment).

Remarque : les axes 1 et 2 identifiés ci-dessus auront probablement pour effet de repenser, renouveler les modalités de formation actuelles et de faire émerger des formes pédagogiques telles que la classe inversée, les MOOCs, les SPOCs, ateliers, workshops, projets collaboratifs, etc. (liste non exhaustive).
Les candidats à cet appel à projet devront décrire avec précision en quoi les objectifs visés (hybridation des formations ou formation par la recherche) peuvent faire évoluer leurs propres méthodes de transfert de la recherche vers les formations, et inversement.

[1] Grands Groupes, PME, Start Up, Associations, Institutions Publiques, etc.

Modalités :

Les projets déposés cibleront l’un des deux axes mais pourront aussi cibler les deux simultanément.

Dans le cadre de l’axe 1, les projets attendus doivent impliquer au moins 3 partenaires (équipes pédagogiques, praticien.nes) dont obligatoirement deux membres d’IMU et/ou de l’EUL, relevant d’au moins deux des grands regroupements disciplinaires considérés par IMU — SHS / Architecture / Sciences expérimentales / Sciences de l’ingénieur d’autre part —, assurant ainsi une pluralité scientifique. Dans le cas de laboratoires regroupant en leur sein des approches et des méthodologies différentes, le CoPil d’IMU et de l’EUL se réservent le droit de statuer sur l’éligibilité. Les partenaires académiques devront clairement expliquer comment s’articule la pluridisciplinarité et donc ajouter, pour chaque chercheur, un court CV en annexe. Des articulations nouvelles entre disciplines seront particulièrement valorisées.
L’apport du/des partenaire(s) praticien(s) sera développé : explicitation de la contribution au programme de travail, moyens humains, financiers, mise à disposition de données…

Dans le cadre de l’axe 2, les projets attendus doivent impliquer obligatoirement deux disciplines d’IMU ou de l’EUL, relevant d’au moins deux des grands champs disciplinaires. La présence d’un partenaire praticien n’est pas obligatoire.
Les durées de financement par IMU et l’EUL des projets ne peuvent excéder 12 mois.
Les propositions supérieures à 4 pages hors annexes ne seront pas étudiées (½ page de plus pour la description de chaque partenaire est acceptée pour les projets de plus de 3 partenaires).
Les propositions devront inclure un budget détaillé décrivant tous les postes de financement nécessaire à la mise en œuvre du projet de formation. Une distinction claire devra être faite entre ce qui relève des frais de personnel (salaires), des coûts de sous-traitance, des frais de contribution aux amortissements (équipement), des frais de mission et des frais connexes.
Seuls les membres d’IMU et de l’EUL peuvent demander ces financements. Les déposant.es veilleront en outre à ce que chaque partenaire expose les moyens qui seront mis en œuvre pour mener à bien le projet et garantir son investissement dans le projet.
Pour les demandes de moyens en personnel, il est possible de solliciter au maximum le financement de 6 mois de personnel à plein temps quel que soit leur niveau de qualification : post-doctorants, d’ingénieurs (IGE – Bac+5), assistants-ingénieurs (AI – Bac + 3) et stagiaires (nous rappelons par ailleurs qu’il existe un appel spécifique pour les stages de M2).
Les dépenses de fonctionnement pourront aller jusqu’à 6 k€.
Les projets, dont l’ambition pourrait dépasser cette enveloppe de moyens, pourront être accompagnés, à la demande, dans la recherche de financements complémentaires.
Les missions attendues des différents personnels à recruter seront détaillées (conception des formations, recherche, gestion de projet, animation, médiation…).
Pour information, les projets sélectionnés seront accompagnés dans leur mise en œuvre par le LabEx IMU ou l’Ecole urbaine de Lyon.