A l’Ecole de l’Anthropocène 28 janvier

13h30 – 16h30 : LE VÉHICULE AUTONOME

Atelier

Thèmes : Ville / Questions urbaines / Mobilités
Intervenant·e·s :
-Philippe Gachecadre chez Renault Truck, Directeur du Programme ‘Système de Transport Intelligents’ du Pôle de compétitivité CARA, et pilote du volet « véhicules industriels et transport de fret autonome » du programme France Véhicule Autonome, une des 4 priorités du conseil national de l’industrie (CNI)
-Philippe Vézindirecteur de Recherche au sein du département Transport, Santé, Sécurité,  de l’Institut Français  des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, porteur d’un projet de recherche sur l’Expérimentation des Navettes Autonomes
-Sylvain Belloche, chargé d’études Application des Systèmes de Transport Intelligents, en charge de la coordination des travaux sur le véhicule autonome au Cerema
-Olivier Kleinchercheur, directeur adjoint du Laboratoire Aménagement Economie Transports, co-concepteur du jeu sérieux ‘La vie Robomobile’
-Nicolas Chiabaut, chercheur au Laboratoire Ingénierie Circulation Transports, travaillant dans le champ de la modélisation dynamique du trafic routier, et plus particulièrement sur les mobilités multimodales et partagées. Co-animateur de l’atelier pédagogique sur le Véhicule Autonome au prisme des territoires urbain,
-Jean-Pierre Nicolas, chercheur CNRS au Laboratoire Aménagement Economie Transports, travaillant dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, et plus particulièrement sur les questions de mode de vie et mobilité quotidienne. Co-animateur de l’atelier pédagogique sur le Véhicule Autonome au prisme des territoires urbains.
 
Dans notre modèle de dynamique territoriale où la voiture individuelle est dominante, quels sont les enjeux de cette nouvelle technologie permettant de faire aussi émerger des solutions de mobilité intégrées aux réseaux de transports publics ou avec des véhicules partagés ? Dans cette optique, quel peut être le rôle de la puissance publique, avec quels partenariats avec les acteurs privés ? Quels sont les éléments techniques à prendre en considération, qui tout à la fois ouvrent et limitent les champs des possibles ? Quelles peuvent être les interactions entre les offres de services proposées et les territoires urbains concernés, à l’évidence différentes entre le centre dense, la banlieue proche et un périurbain diffus ? Et également comment estimer les conséquences économiques, sociales, énergétiques et environnementales de technologies émergentes ?
L’atelier pédagogique « Le Véhicule Autonome au prisme des territoires urbains », mis en œuvre à l’ENTPE et auquel ont participé des étudiants des parcours ‘Villes En Tension’ du Master VEU et ‘Mobilité dans les Méga-cités’ du Master GC, s’était consacré à ces questions durant le 1er semestre à partir d’études de cas sur différents territoires de la métropole de Lyon. Il propose de prolonger la réflexion avec une table ronde sur ce thème. Une des études de cas réalisées par les étudiants sera présentée et introduira les échanges entre différents acteurs universitaires et praticiens.
 
 

COURS PUBLIC DE L'ECOLE URBAINE DE LYON

L’Ecole urbaine de Lyon lance, à l’occasion de cette semaine, son activité de cours publics consacrés aux questions urbaines et anthropocènes. Cette activité est conçue sur le modèle des cours du Collège de France. Il s’agira donc de proposer à des chercheurs de l’université de Lyon, de toute origine disciplinaire, de présenter à tous ceux qui souhaitent suivre ces séances (librement, sans condition de diplômes et sans évaluation finale), les résultats de leurs travaux de recherche, dans une perspective de remise au cœur de la société des savoirs scientifiques. 

16h30 – 18h00 : Leçon inaugurale
LA DÉMOCRATIE AU TEMPS DU CAPITALOCÈNE : DE L’ÈRE DE TAIRE À L’ÂGE DE FAIRE  

Thèmes : Justice / Politique / Démocratie / Activisme / Migrations 
Intervenant : Guillaume Faburel, (Professeur Université Lyon 2, UMR Triangle)
 
Nos démocraties techniques et libérales, représentatives et délégatives, ont une responsabilité première dans les crises écologiques et leurs conséquences sociales comme spatiales, locales comme globales. Elles ont permis l’exploitation productiviste de la terre et l’urbanisation généralisée du monde. Elles font dès lors ce jour l’objet d’interrogations et contestations croissantes. Quelles sont, en réaction, les pratiques émergentes et les imaginaires instituant du politique ? Quelles voix s’expriment et quelles voies se dessinent, entre organisations hiérarchiques et puissance d’agir, quête d’autorité et besoin d’autonomie, grands centres urbains et périphéries désaffiliées ? Il s’agira ici de mettre en lumière puis en discussion les portée et cohérence à la fois conceptuelles et pratiques d’expériences démocratiques de résistance au capitalocène urbain. Prenant à ce jour des formes très diverses, elles passent toutes par le questionnement premier de ses styles et formes de vie.
 
Ce cours public se déroulera sur 4 séances de 1h30 :
Séance 1 (28 janvier 2019) : Des subjectivations néolibérales urbaines à la désaffiliation du politique : qui sont les nouveaux rebelles ?
Séance 2 (juin 2019) : La repolitisation des corps : souci de soi, possibilité de vie, nécessité d’autonomie
Séance 3 (septembre 2019) : Se réinscrire dans le vivant : les formes-de-vie d’un imaginaire communaliste du politique
Séance 4 (janvier 2020) : Du capitalisme infrastructurel de l’urbain à l’écologisme permaculturel du post-urbain : habiter, coopérer, autogérer

 

19h30 – 21h00 : L’ANTHROPOCÈNE EST AUSSI UNE QUESTION D’ÉCONOMIE 

Débat, Table ronde

Thèmes : Economie + Ecologie / Nature / Biodiversité / Animaux / Climat
 
Intervenant·e·s :
-Muriel Maillefert, géo-économiste
-Fanny Verrax, philosophe
-Aurore Lalucq, économiste
 

 

21h00 – 23h00 : PROGRAMMATION CINÉ-CLUB 

Réalisée par Alfonso Pinto (géographe), grâce à l’Aquarium Ciné-Club
 
Woman at war (Kona fer í stríð, Benedikt Erlingsson, 2018 - 1h41) - sous réserve
Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie…